Non classé

La poésie rend libre (ou comment survivre au confinement)

Confinement jour 9

Dis-tance des verstes, des milliers…

On nous a dis-persés, dé-liés 

Pour qu’on se tiennent bien : trans-plantés 

Sur la terre à deux extrémités.

Dis-tance des verstes, des espaces 

On nous a dessoudés, déplacés, 

Disjoints les bras –  deux crucifixions 

Ne sachant que c’était la fusion 

De talents et de tendons noués…

Non désaccordés : déshonorés, 

Désordonnés…

                               Murs et trou de glaise.

 Ecartés on nous a,  tel deux aigles –

 Conjurés : des verstes, des espaces…

 Non décomposés :  dépaysés

 Aux gîtes perdus de la planète 

Déposés – deux orphelins  qu’on jette ! 

Quel mois de mars, non mais quelle date ?! 

Nous a défaits,  tel un jeu de cartes !

Marina Tsvetaïeva –  24 mars 1925

Confinement jour 7

« Il n’y a rien de plus réellement artistique que d’aimer les gens »

Vincent Van Gogh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s